Soutenir la pêche locale

Nous sommes heureux de vous retrouver pour un nouvel article, cette fois-ci dédié à la pêche locale : un sujet sensible sur l’île de Groix de par son histoire mais également de l’activité économique de l’île d’hier et d’aujourd’hui.

Lors de nos traversées vers l’ïle de Groix, il n’est pas rare de croiser des chalutiers… Vous êtes parfois en quête de trouver de bons fruits de mer ou demandeurs d’informations quant à la localisation de pêcheurs locaux.

Mais le saviez-vous ? Josélito Cadou, dirigeant de Traversée Cadou, est avant tout un pêcheur Lorientais, issu d’une grande famille de marins-pêcheurs. Une passion et un savoir-faire qui se transmettent de génération en génération. Son petit plaisir, c’est la langoustine ! Et bientôt, Marine (fille de Josélito) va rejoindre l’équipe et sera à la barre elle aussi !

Nous vous délivrons ici quelques conseils pour rencontrer des pêcheurs locaux (Josélito par la même occasion) et soutenir la pêche locale dans le Morbihan.

Mais avant cela, tournons-nous vers le passé.. Car disons-le, Groix a connu des événements marquants après avoir occupé la première place dans le secteur de la pêche au XIXe siècle.

Petite histoire de la pêche du XIXe siècle à nos jours

La pêche au thon était la plus représentée ici, sur l’îIe de Groix. Imaginez-vous, au début du XXe siècle, Port-Tudy était le premier port thonier de France ! L’île et ses habitants vivaient au rythme de cette pêche principale. D’autres y étaient aussi pratiquées comme celle du maquereau et de la sardine.

Mais avant cela, pour vous donner un ordre d’idées : à la fin du XIXe siècle, l’île de Groix, qui avait alors 5 000 habitants, comptait 150 patrons pêcheurs et 1 500 matelots. Près de 300 «dundees» (équipages de six hommes) qui ont ensuite progressivement laissé place aux gros chalutiers congélateurs à partir de 1936. Les «dundees» partaient chercher le thon pour des durées longues de 15 à 20 jours en mer, s’éloignant à plus de 450 kilomètres des côtes de l’île, dans le Golfe de Gascogne.

Aujourd’hui, «Le Biche» est le seul thonier «dundee» de Groix encore conservé. A ce sujet, ne manquez pas l’occasion exceptionnelle de l’apercevoir en avril 2022 lors de son retour après une sortie en mer de 8 semaines reliant Lorient aux Antilles ! Un bel article de France3 Régions à découvrir ci-contre : https://france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne/le-biche-dernier-thonier-de-groix-reprend-la-mer-direction-les-antilles-2321239.html

D’une manière générale, la pêche sur l’île de Groix décline à partir de 1945, l’activité se déplace sur le continent puis à Agadir (grand port de pêche au Maroc). Les 4 dernières usines ferment ou sont délocalisées.

Une visite du Port-Lay vous permettra de découvrir où se trouvait autrefois une conserverie de thons et de sardines (la première construite sur l’île en 1864). Le Port-Tudy, quant à lui, ancien port thonier, accueille à chaque saison des vieux gréements rénovés comme Le Biche (justement) ou encore le Bro Warok ou le prestigieux Belem. Des bons moments à vivre si vous souhaitez vous replonger dans l’histoire de l’île.

Où rencontrer des pêcheurs locaux ?
Quels fruits de mer puis-je acheter ?

Rentrons concrètement dans le vif du sujet ! Car on le sait, ce qui vous intéresse beaucoup lors de nos traversées, c’est de pouvoir acheter ou déguster quelques fruits de mer sur place ou à votre retour sur le continent. Et Ô combien on vous comprend !!

Heureusement, des pêcheurs côtiers de l’île de Groix vendent leur pêche du jour sur les marchés et sous les Halles du bourg (mardi, jeudi et samedi matin). Vous y trouverez thons, bars, lieus, merlus, raies, lottes, merlans, rougets, langoustines, mais aussi des araignées de mer, tourteaux, et homards… de quoi régaler vos papilles, n’est-ce pas ?

D’autres idées :

  • Loïc Noiret travaille sur l’Ar Louédig et vend ses crustacés et poissons sur le marché 3 matins par semaine (les mercredi, vendredi et dimanche).
  • Si vous cherchez des langoustines à déguster en été, vous pouvez aller à la rencontre de 3 chalutiers de Lorient vendant des langoustines à la cale de Port-Tudy.
  • Vous pouvez visiter l’élevage d’ormeaux de Groix (Groix Haliotis) qui propose des visites et dégustations toute l’année sur le quai de Port-Tudy. Inscription par téléphone, par mail ou directement à la boutique sur le port de Groix.
  • L’escargoterie de Groix à Kerbus vous fait découvrir l’escargot (anatomie, élevage, recettes). Visite guidée gratuite avec dégustation. Vente sur place.
  • Pour l’achat de moules, retrouvez Julien et Leslie Romagne à Port-Lay à l’atelier de conditionnement qui est situé au Pôle Mer à Port-Tudy.
  • La Fumaison de l’île, située à Port-Tudy près du Pôle Mer également, vend des poissons issus de la pêche côtière traditionnelle et raisonnée : lieu, thon, merlan, saumon et moules de Groix. Vente directe et dégustation en été..

Vous avez donc du choix sur l’île de Groix et pouvez encourager la filière pêche…

N’oubliez pas qu’il est très important en ces temps perturbés de soutenir l’économie locale et de participer au maintien de nos pêcheurs sur l’île et dans la région. En effet, la pêche est une activité nourricière et traditionnelle, qui mérite d’être prolongée alors que les pêcheurs artisans se trouvent parfois dans une grande instabilité des prix, ce qui met en danger la durabilité de leur activité ainsi que la biodiversité.

Un(e) français(e) consomme en moyenne 35 kilos de poisson / an et pourtant nous ignorons tout de la pêche locale. Nous trouvons fort dommage que 90% des produits de la mer consommés en France soient importés. Nous souhaitons que cela change !

Alors, comment préserver la pêche artisanale locale ? Nous pensons qu’il faut renforcer le lien entre pêcheurs et consommateurs afin que ce dernier achète le poisson à un prix juste. Et pour le pêcheur, cela lui apporte stabilité et assurance de pouvoir exercer son métier avec passion. Il s’engage à pratiquer une pêche durable. Nous espérons vous avoir sensibilisé(s) à cette cause qui nous tient à coeur.

On vous retrouve très vite pour un autre article, tout aussi passionnant !

Kalon vat (en breton signifie : Bon appétit ou bonne dégustation !)

You have Successfully Subscribed!

You have Successfully Subscribed!

You have Successfully Subscribed!